Site officiel de la Ville de La Tranche sur Mer

Accueil > La Commune > Historique > Savary De Mauleon Et Les 3 Eglises De La Tranche

Savary De Mauleon Et Les 3 Eglises De La Tranche

Savary De Mauleon Et Les 3 Eglises De La Tranche

Selon une charte de 1227 – sans doute un faux d’époque, selon les spécialistes –Savary de Mauléon, personnage considérable et haut en couleurs, "seigneur de Châtelaillon, l’île de Ré, Angoulins, Benon, Mauléon, Fontenay, Marans et Tallemond" aurait épousé en secondes noces sa concubine Amabilis (ou Amable) du Bois, originaire de l’île de Ré, en l’église Saint-Nicolas de La Tranche. Même si ce document fut fabriqué de toutes pièces afin de sauvegarder les droits de son fils Raoul IV (né hors mariage) dans un procès sur fond d’héritage, il a le mérite de mentionner l’existence de la 1ère église (en fait une chapelle) situé près de l’Anse du Maupas sur une parcelle de sable " donnée en 1120 par Etienne de la Jarrie au seigneur-abbé de Talmont".

En 1720, Robert de Vignolle, "ingénieur du Roy", note que la chapelle est "minée par les sources de la mer". En 1725, il en ordonne la destruction et la reconstruction "quelque cent toises plus loin" (environ 200 mètres, à l’emplacement actuel). Ainsi, il n’y a jamais eu d’église sur le rocher de l’Aunis, qui aurait été engloutie par la mer, selon une légende aussi tenace que pittoresque.

Construite en 1729, la 2ème église est rejointe en 1736 par le cimetière, lui aussi "empietté par la mer".

Le 1er cimetière se trouvait vers le Maupas, d’où l’appellation de Pointe du Cimetière pour un lieu qui se verra affublé d’une jetée en 1966 et d’un embarcadère en bois en 1971.

Devenue à son tour vétuste et exiguë, la 2ème église est démolie et reconstruite au même endroit en 1868 (architecte : Léon BALLEREAU, de Luçon). Le cimetière sera à nouveau déménagé en 1954, date du percement de l’avenue Maurice Samson. Il sera transféré au lieu-dit "Le Creux du Tambour".

C’est en 1615 que la paroisse fut érigée en cure. Auparavant, elle dépendait de la cure de Longeville.

 

Suivez nous sur